Conseils cosmétiques
& compléments alimentaires
Tél. 01 39 59 97 34
(numéro non surtaxé)

Conseils santé

L’Homme et la mer, une vieille histoire

Au début des années 70, une équipe de scientifiques dépêchée au Groenland, s’est rendue compte que les Esquimaux, malgré une alimentation riche en graisses, étaient peu sujets aux crises cardiaques et qu’ils souffraient rarement d’arthrite. Il n’en a pas fallu davantage pour entamer des recherches sur leur source de bien-être… L’extraordinaire richesse du poisson allait être révélée !

On le sait, ce n’est pas par gourmandise que l’Homme consomme des huiles de poisson, mais parce qu’elles contiennent des vitamines et nutriments indispensables à sa survie ! Et quand les études scientifiques s’en mêlent, c’est pour confirmer toutes leurs vertus… Qui sont nombreuses !

Les Oméga-3

Ces acides gras essentiels ont été les premiers mis en avant pour leur impact sur la santé. On les trouve dans le tissu gras des poissons que les esquimaux mangent en grande quantité. Cardio-protecteurs, les Oméga-3 sont également responsables en partie du bien-être émotionnel et de l’équilibre.

Il faut savoir que le corps humain ne fabrique pas ces acides gras essentiels qui lui sont pourtant indispensables, c’est pourquoi ils doivent lui être fournis en quantité suffisante par l’alimentation ou par une supplémentation.

Les vitamines

La nature a bien fait les choses : le poisson de mer apporte de l’iode, les espèces grasses contiennent beaucoup de vitamines A et D, le poisson « maigre » apporte des vitamines B, et les huiles de poisson sont riches en acide eicosapentaénoïque (EPA), indispensable à la croissance et à la régénération cellulaire.

La morue est sans doute le poisson le plus connu pour son foie, riche en vitamines A et D. Tout le monde se souvient de la cuillère de liquide jaunâtre que des générations ont avalé en se bouchant le nez…

Heureusement, cette huile existe désormais désodorisée et en gélules, donc plus facile à consommer ! La vitamine A, contenue dans l’huile de foie de morue est celle de la croissance. Elle est nécessaire pour le développement des os, de la peau, de la vue et pour consolider le système immunitaire. Quant à la vitamine D, elle permet de prévenir l’ostéoporose en solidifiant les os.

Le sélénium

L’une des découvertes révolutionnaires chez le poisson est sans doute son apport en sélénium. Cet oligoélément est un puissant antioxydant ! En général, l’alimentation des Européens en contient assez peu et là aussi, une supplémentation peut se révéler nécessaire.

Le phosphore

Ce sel minéral est le principal constituant des os, avec le calcium. Le phosphore, contenu en grande quantité dans le poisson, sert de base à la production d’énergie des cellules. De plus, il rentre dans la constitution des phospholipides, composants importants du cerveau et du tissu nerveux. C’est lui qui serait à l’origine des vertus du poisson sur la mémoire.

La taurine

La taurine est une autre substance apportée par le poisson et qui présente de grands bénéfices pour notre santé. Elle facilite le passage des vitamines et des minéraux dans le sang, et stimule l’élimination des graisses. Également présente dans les huîtres, la taurine serait un neurotransmetteur intéressant : elle maintiendrait la stabilité des cellules de l’organisme même quand des facteurs extérieurs seraient susceptibles de la menacer (le stress, par exemple).

Les Alkylglycérols

Ces éthers lipidiques sont réputés pour stimuler le système immunitaire. On en trouve chez quelques poissons des grands fonds comme le requin et davantage encore chez la chimère. Les huiles de foie de ces deux poissons stimuleraient la réponse aux maladies inflammatoires (allergies, asthme, psoriasis, arthrite...).

Des travaux ont mis en évidence leur intérêt dans le soutien aux personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde.