Conseils cosmétiques
& compléments alimentaires
Tél. 01 39 59 97 34
(numéro non surtaxé)

Conseils santé

La marche, gymnastique du corps et de l’esprit

Ne pensez surtout pas à la mécanique que vous mettez en œuvre à chaque pas, sinon vous tomberez ! Mais la marche est un excellent moyen de réfléchir à tout le reste, d’aérer l’esprit et d’oxygéner le corps. D’Aristote à Steve Jobs, cette pratique a su conquérir de Grands Hommes au fil des siècles jusqu'à nous-mêmes ! La preuve : nous sommes nombreux à marcher de long en large dès que nous avons une conversation passionnée au téléphone, sans doute parce que cela aide à la concentration. Nous sommes aussi forcés de reconnaître que la marche alimente notre réflexion… Mais quels sont les chemins que suivent nos idées depuis nos pieds jusqu’à notre cerveau ?

Quand tout « marche bien » est sans doute l’un des messages les plus positifs que l’on puisse recevoir… Est-ce parce que la marche est synonyme d’allant, autant pour le corps en mouvement que pour l’esprit quand il est alerte ?

Les Rêveries du promeneur solitaire

Au 18ème siècle, Jean-Jacques Rousseau livrait toute sa pensée dans ce titre : « Les rêveries du promeneur solitaire ». Marcher, contempler, réfléchir, bref se promener ; il en est convaincu, cet exercice physique simple réveille une véritable force créatrice. Peu importe que Rousseau se soit déplacé ou pas en écrivant ses textes, le point fondamental est qu’il invite chacun à réfléchir dans le mouvement.

Cette recommandation rejoint celle d’Aristote, bien des siècles plus tôt (-335 avant J.-C.). Le philosophe grec avait en effet l’habitude de dispenser ses cours en se promenant, à tel point que son école était nommée « l’école péripatéticienne», du grec ancien « qui aime se promener ». Aristote considérait que le cerveau produit davantage de réflexion et permet d’être plus attentif quand le corps est en mouvement. De très nombreuses études l’ont prouvé depuis.

La marche stimule la créativité

Deux chercheurs de l’Université de Stanford, Marily Oppezzo et Daniel L. Schwartz, ont réalisé quatre expériences pour démontrer que la marche stimule la créativité... Un esprit oxygéné et stimulé par un environnement extérieur est plus performant que celui d’une personne assise derrière un bureau. Au moins du point de vue de la créativité.

Et quelques succès le prouvent

L'impact est relayé par des entrepreneurs du XXIème siècle. Steve Jobs, illustre fondateur d’Apple, privilégiait les réunions en plein air aux salles de réunion, surtout quand il s’agissait de premiers contacts ou de négociations difficiles.

Le PDG de Linux, autre mastodonte de l’informatique, a adopté le tapis de marche dans son bureau, pour s’aérer l’esprit et rester créatif. Selon ces deux dirigeants d’entreprise, les idées viennent en marchant.

Le « coaching » moderne s’appuie sur l’héritage de la marche

Il n’en fallait pas plus pour que certaines entreprises appliquent cette hygiène de vie à leurs salariés. Désormais quelques sociétés ont commencé à pratiquer les réunions de travail en extérieur et en marchant bien sûr. Selon de nombreux coachs, marcher côte à côte lisse les différences de statut et favorise les échanges.

Une action sur le cerveau

La marche est un moyen de connecter le rythme de notre corps à notre état mental, contrairement aux autres moyens de locomotion, le vélo, la course, etc., qui sont trop rapides. C’est parce qu’elle libère l’esprit et évite au cerveau d’avoir à se concentrer que la marche lui permet d'être créatif.

Et les bienfaits ne s’arrêtent pas là car outre la libération de l’esprit, la marche permet de nouvelles connexions entre les cellules du cerveau, d'augmenter la taille de l'hippocampe (une zone du cerveau essentielle pour la mémoire) et d'élever le nombre de molécules qui stimulent la croissance de nouveaux neurones et la transmission des messages entre eux.

Combien de temps, quelle vitesse de marche ?

L’intérêt de la marche est qu’elle se pratique n’importe où et n’importe quand, en toutes circonstances… Il n’y a pas de durée ni de vitesse idéale. Marcher lentement, en flânant, peut totalement libérer le conscient pour de nouvelles idées, au contraire prendre un peu de vitesse peut agir davantage sur le corps. Chacun doit trouver son propre rythme.

Une activité sportive aussi

Sans contre-indication, la marche se pratique à tout âge, la preuve, c’est un geste naturel et volontaire dès le plus jeune âge ! Et non seulement, elle aide à la création et à la réflexion, mais c’est aussi une activité sportive, ne l’oublions pas !

Cette pratique, par la fluidité de ses mouvements, protège les articulations. Pas d'à-coups, de secousse, de traumatisme quelconque pour les chevilles ou les genoux. La marche est une excellente activité pour éviter de prendre du poids, voire en perdre : la dépense énergétique est de l’ordre de 250 à 400 Kcal par heure.

De plus il est inutile d’emporter un en-cas quand vous prévoyez une longue balade : l’énergie sera produite par combustion du glucose et des lipides. En revanche, il faudra vous hydrater pour compenser les pertes minérales et vitaminiques d’une bonne promenade.

D’autres vertus

Outre ses bienfaits sur l’intellect et le poids, la marche présente d’agréables effets collatéraux. Par la stimulation de la digestion et des muscles, elle aide au transit… Extrêmement pratique quand celui-ci est un peu compliqué !

Par ailleurs, elle « muscle » le système veineux et améliore grandement la circulation sanguine.

En conclusion

Avec tous ces avantages, la marche doit absolument faire son entrée dans le quotidien de chacun, d'autant plus que notre pas déterminera notre personnalité et l'accomplissement de nos projets. Selon Nietzsche : « On voit à la démarche de chacun s'il a trouvé sa route. L'homme qui s'approche du but ne marche plus, il danse. »

Rappelons que Nietzsche, comme beaucoup d'autres, Rousseau, Tchaïkovski, Beethoven, Dickens, Socrate ou Darwin, aidait sa créativité en marchant chaque jour !

Donnez des jambes à vos idées

« Toutes les grandes pensées sont conçues en marchant » écrivait le philosophe Friedrich Nietzsche (1889). Deux scientifiques de l’Université de Stanford, Etats-Unis, ont voulu le vérifier. Dans une étude titrée « Donnez des jambes à vos idées », ils ont réalisé 4 expériences afin de déterminer l’impact de la marche sur la créativité, à la fois pendant l’action et tout de suite après.

Les deux chercheurs ont donc soumis les volontaires, 176 étudiants, à un test de créativité en leur donnant 2 minutes pour réfléchir aux nombreux usages que pourrait avoir un objet de tous les jours, comme une chaise, une tasse à café ou une brique. La marche a augmenté de 81% les possibilités !  Dans un second temps, les volontaires ont dû répondre à des questions précises, sans aucune notion de créativité. La marche a augmenté de 23% la réactivité. Cette première partie de l’expérience a été réalisée avec des volontaires qui marchaient sur un tapis roulant, en intérieur. Dans un second temps, la même étude a été réalisée en extérieur… Et cette fois les résultats ont été encore plus concluants : en marchant à l’air libre, la créativité gagne en puissance.

Cette étude a également observé la créativité résiduelle sur des individus s’étant assis peu après leur promenade : dans tous les cas, ils étaient bien plus imaginatifs que sans avoir marché !

Expérience réalisée à l’Université de Stanford par Marily Oppezzo et Daniel L. Schwartz - Journal de psychologie expérimentale : apprentissage, mémoire et cognition 2014, Vol. 40, No. 4, 1142–1152

■ Laurence Gauthé